CircRural rassemble les talents espagnols pour faire progresser l’economie circulaire

La gestion des eaux usées en milieu rural avec le paradigme de l’économie circulaire nécessite l’adaptation des technologies existantes, le développement de nouveaux algorithmes et l’approfondissement de l’analyse de la composition des déchets.

Et atteindre ce double objectif d’efficacité énergétique et de récupération des matériaux pour ce type de traitement peut également se faire à un coût bien inférieur à celui associé aux grandes stations d’épuration urbaines.

Le projet CircRural 4.0, financé par le Programme de coopération territoriale de l’Espace Sud-Ouest européen (Sudoé) à travers le Fonds européen de développement régional (Feder), rassemble des talents espagnols, français et portugais pour une gestion durable des boues urbaines et des déchets agroalimentaires.

 

Effluent de la station d'épuration du Fregenal de la Sierra (Badajoz). EFE/J.J. Guillén

Caractériser les déchets

Dans le cas de l’Espagne, le Centro Tecnológico Agroalimentario de Extremadura (CTAEX) est chargé de la première phase, la caractérisation chimique des déchets de l’industrie agroalimentaire en Estrémadure.

Car, selon Ascensión Ciruelos, responsable des projets européens de cette organisation, « nous avons besoin de savoir ce que ces déchets apportent du point de vue des nutriments possibles pour permettre la récupération ultérieure de l’azote et du phosphore » dans le processus pilote de digestion anaérobie.

« La composition d’un fruit, d’une tomate, d’une huile d’olive ou d’un riz n’est pas la même », a-t-il indiqué, et cette composition « déterminera le sous-produit et, en fonction de ses caractéristiques chimiques, nous allons l’utiliser dans un contenu ou dans un autre ».

Dans la campagne agricole actuelle, « nous savons déjà quels résidus contiennent du phosphore, comme le riz, et quels sont ceux qui contiennent des contaminants qui les rendent impropres, comme l’eau bouillante du liège, ce qui pourrait empêcher le processus », explique Ascensión Ciruelos.

Procédés « in situ »

Un processus qui se déroule dans une usine pilote située à Fregenal de la Sierra (Badajoz), dépendant de Promedio, le consortium pour la gestion des services environnementaux dans cette province.

Le chef du laboratoire de recherche d’Averedio, Pedro Martín de la Vega, a expliqué que deux procédés seront réalisés dans cette usine, « la co-digestion avec les résidus agronomiques pour extraire l’azote et le phosphore de ces boues et leur récupération pour faire un engrais ».

« Nous ferons des économies circulaires, nous fabriquerons un engrais qui pourra aller au champ, nous valoriserons un déchet et nous gérerons également les déchets de la station d’épuration des eaux usées elle-même, qui à son tour génère une boue « , dit-il.

Plus précisément, 60 % des déchets de la STEP seront gérés dans l’usine pilote de Fregenal de la Sierra et les 40 % restants seront destinés à l’industrie agronomique.

 

Visite des partenaires du projet CircRural4.0 à l'E.D.A.R. de Fregenal de la Sierra (Badajoz). EFE/J.J. Guillén

Selon lui, ce système pourrait être extrapolé à n’importe quelle population, à l’exception des grandes villes,  » bien qu’il soit plus adapté aux zones rurales, où la population est très dispersée et où il y a beaucoup de poids de l’industrie agroalimentaire.

Analyse des données

Mais pour atteindre ce double objectif, il est nécessaire de concevoir un outil logiciel pour l’analyse des données de plusieurs stations d’épuration rurales qui les centralise, les convertit en informations faciles à analyser et à interpréter, et les rend accessibles via Internet.

Óscar Brandón travaille au département des technologies de l’eau de l’Instituto Tecnológico de Galicia (ITG), d’où il gère « l’énorme volume de données nécessaires pour démarrer le projet et développer un système qui permet d’analyser visuellement toutes les informations et de simplifier la prise de décision en conséquence ».

« D’une part, les capteurs connectés en ligne enverront leurs données à la plate-forme et d’autre part, la partie manuelle -les tests de laboratoire- enverra également des données à la plate-forme », a-t-il dit, afin de « permettre à tous les acteurs de voir les informations d’une manière simple et rapide ».

La plate-forme aura différents rôles d’utilisateurs en fonction de leur relation avec les installations – opérateur, superviseur… – ;  » l’avis des utilisateurs qui vont la tester est particulièrement important dans ce projet, afin d’affiner les fonctionnalités que nous avons définies d’une certaine manière, mais peut-être leur approche pourrait-elle être améliorée « , a-t-il souligné.

Technologie intelligente

Circ-Rural4.0 propose une transformation radicale du traitement des eaux usées en milieu rural selon une nouvelle conception de l’épuration, basée sur l’utilisation efficace des ressources, ce qui implique de doter les stations d’épuration actuelles de technologies de contrôle intelligentes et d’analyse avancée des données.

Jon Irizar est chercheur au centre technologique Ceit-IK4, où un produit de contrôle sera développé pour ce type de station d’épuration qui permettra de réduire la consommation d’énergie et de faciliter l’élimination biologique du phosphore et sa récupération.

« C’est une intelligence formulée sous forme d’algorithmes qui sera mise en œuvre dans les équipements d’automatisation des stations d’épuration pour améliorer leurs performances « , souligne Irizar.

%d blogueurs aiment cette page :